Efficacité énergétique

Un système énergétique allégé et conçu pour une efficacité maximale présente de nombreux avantages. Le défi consiste à mettre en place les bonnes mesures d'incitation à cet effet.

La transition énergétique va au-delà du simple développement des énergies renouvelables. L'Allemagne s'est notamment fixé des objectifs ambitieux en matière d'efficacité énergétique : la consommation électrique doit être réduite de 10 % d'ici 2020 et de 25 % d'ici 2050 par rapport aux niveaux de 2008.

L'efficacité énergétique est un levier décisif pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Sans elle, il serait nécessaire de toujours produire plus d’électricité, et ainsi de développer considérablement les énergies renouvelables. Les gains d'efficacité énergétique sont rentables pour l'économie dans son ensemble, mais aussi pour les entreprises et les ménages.

En effet, l'économie intérieure en dépend : moins on consomme, moins on dépend d'énergies fossiles importées. L'efficacité énergétique accroît de plus la valeur ajoutée et l'emploi. Pour les consommateurs, fournir la même quantité de produits ou de services avec moins d'énergie permet de réduire le coût global de l'énergie. Dans le même temps, le coût de l'ensemble du système est réduit, car un système allégé conçu pour une efficacité maximale nécessite moins d'investissements dans des capacités coûteuses de production, de réseau, de stockage et de réserve. D'un point de vue économique, les investissements dans l'efficacité énergétique sont rentables tant que les coûts d'investissement d'un kilowattheure économisé restent inférieurs à ceux d'un kilowattheure produit.

La transition énergétique se base donc sur une double stratégie : la demande d'énergie doit d'abord être réduite par une efficacité énergétique sensiblement accrue, la part restante devant ensuite être largement couverte par les énergies renouvelables.

Toutefois, si le développement des énergies renouvelables progresse à travers le monde, la réduction de la consommation d'électricité est jusqu'à présent loin des ambitions affichées. L'exploitation systématique des potentiels d'efficacité énergétique économiquement très rentables n'a pas encore eu lieu, bien que des technologies commercialisables soient déjà disponibles. De nombreux investissements ne sont pas rentables à court terme, ce qui empêche leur déploiement. En effet, les modèles d'affaires qui mettent l'accent sur une plus grande efficacité énergétique sont généralement associés à des investissements initiaux élevés et à de longues périodes de récupération. En outre, la nature à petite échelle de nombreuses mesures d'efficacité exige que de nombreux acteurs (privés) s'engagent simultanément. Il est crucial de créer à l'avenir un marché qui puisse fournir de tels services.

Principaux résultats

  1. 1

    Réduire la dépendance de l'UE à l'égard des combustibles fossiles et des matières premières importées est devenu crucial en raison de la crise énergétique actuelle.

    À elle seule, la production industrielle de plastiques vierges, d'acier, d'aluminium et de ciment représente 13 % de la consommation annuelle d'énergie et 581 millions de tonnes d'émissions annuelles. L'Union européenne importe également de très grandes quantités de gaz, de pétrole et de charbon pour produire des plastiques et d'autres matériaux à forte intensité énergétique.

  2. 2

    Le recyclage de haute qualité et une efficacité matérielle accrue offrent un énorme potentiel inexploité pour la transition vers une production sans fossiles des matériaux à forte intensité énergétique, tant à court qu'à long terme.

    Avec des politiques ambitieuses, les émissions industrielles annuelles de l'UE pourraient être réduites de 10 % (70 Mt) d'ici à 2030 et de 34 % (239 Mt) d'ici à 2050, par rapport aux niveaux de 2018. À elle seule, la production de plastiques pourrait éviter l'utilisation de combustibles fossiles équivalant à environ 2,7 milliards de mètres cubes de gaz et 149 millions de barils de pétrole par an d'ici à 2030.

  3. 3

    La concrétisation des potentiels de réductions d’émissions et d’économies d’énergie doit être une priorité de la nouvelle législation européenne sur l'économie circulaire. Afin de synchroni-ser la sécurité énergétique et la neutralité climatique, cette législation doit stimuler la demande pour un recyclage de haute qualité tout en incitant la collecte et l'offre de recyclats de haute qualité.

    Les instruments législatifs requis sont des quotas élargis pour la part recyclée; des aides à l’investissement pour le déploiement rapide de technologies circulaires innovantes; des labels et une obligation de meilleures pratiques pour la collecte, le tri, le recyclage et la réutilisation.

  4. 4

    Les États membres de l'UE peuvent dès à présent mettre en œuvre des mesures politiques clés pour réduire de facto les émissions de gaz à effet de serre dès les 1 à 5 ans prochains.

    Par exemple élargir l’interdiction des plastiques à usage unique et non recyclables, introduire des systèmes de consigne pour les emballages en plastique, investir dans le tri ex-post et le

    recyclage de pointe.

Actualité

Tous les contenus

Restez informé de nos travaux. Abonnez-vous à nos newsletters !

]>