Données et outils

Les outils de calcul du soutien public aux énergies renouvelables et l'Agoramètre sont les principaux outils mis à disposition par Agora Energiewende. De nombreuses données et outils additionnels sont disponibles sur notre site.

Afin de permettre une prise de décision éclairée sur le développement futur du système électrique et favoriser la transparence, Agora Energiewende met à disposition du grand public des données et modèles développées en interne. En effet, l'évolution et le succès de la transition énergétique sont mesurés à travers des indicateurs clés, pour lesquels la disponibilité des données est cruciale. De même, une évaluation précise des coûts de la transition, qui dépend des technologies de production et de leur déploiement, est importante pour évoluer vers un système énergétique futur efficace.

Ainsi, Agora Energiewende développe et met ainsi à disposition de nombreux outils Excel et bases de données développées dans le cadre des études réalisées. Les sources, les données et la méthodologie sont systématiquement mentionnées. L'Agoramètre permet par exemple de visualiser les données agrégées du système électrique allemand, notamment la consommation ou la production d'électricité, la part couverte par les énergies renouvelables etc. Les outils de calcul du soutien public aux énergies renouvelables (le calculateur EEG pour l’Allemagne, l’outil dédié pour la France) permettent d’évaluer le coût du développement des ENR dans les régions spécifiées.

Dans plusieurs de nos études, les modèles et les données sous-jacentes sont mises en ligne sur la page de la publication. Nous vous invitons à les consulter.

Contact

Principaux résultats

  1. 1

    La forte baisse du coût des énergies éolienne et solaire photovoltaïque favorise aujourd’hui leur déploiement à moindre coût pour les dépenses publiques.

    Avec des prix d’achat garantis de 5 à 6 c€/kWh pour leur électricité, les nouveaux projets se développent à un coût proche du prix du marché de gros de l’électricité (5 c€/kWh en moyenne en 2018), ce qui réduit fortement les besoins de financement du complément de rémunération.

    Il s’approche également du coût de l’accès régulé au nucléaire historique (4,2 c€/kWh), ce qui rend l’achat direct d’énergies renouvelables par les fournisseurs d’énergie de plus en plus attractif.

  2. 2

    La France pourrait augmenter à 60 % la part d’énergies renouvelables dans son mix électrique en 2040 (et au moins 40 % en 2030) tout en atteignant, en 2025, son pic de soutien public à 6,5 milliards d’euros par an. Ce montant diminuerait rapidement après 2030.

    Les deux tiers du soutien public correspondraient aux projets éoliens et solaires attribués avant 2018, alors que la mise en service des nouveaux projets, notamment solaire PV au sol et éoliens en mer, devrait avoir un coût fortement réduit, voire négligeable. Ils pourraient même

    rapporter de l’argent à l’État dans certains scénarios.

  3. 3

    Afin de limiter les besoins en soutien public pour le développement des énergies renouvelables, la programmation énergétique doit veiller à l’équilibre entre l’ensemble des filières technologiques. La croissance des énergies renouvelables devrait ainsi s'articuler avec une réduction du parc nucléaire.

    Le maintien d’une capacité nucléaire élevée aurait un effet dépréciatif sur les prix de l’électricité, ce qui augmenterait le besoin de soutien pour les ENR, même dans le cas d’un développement plus faible des capacités renouvelables.

  4. 4

    Malgré la forte baisse des coûts des ENR, les mécanismes de garantie publique restent utiles, permettant de réduire le coût de financement (et donc le coût du kWh) des projets avec un engagement faible de dépenses publiques.

    Une approche pragmatique passerait, à terme, par un raccourcissement progressif de la durée des contrats garantis ou la limitation du soutien à certains volumes de production pour que les acteurs privés prennent progressivement le relais pour sécuriser le financement des énergies renouvelables.

Tous les contenus

Restez informé de nos travaux. Abonnez-vous à nos newsletters !

]>