L'efficacité énergétique dans le secteur des bâtiments

Rapport final d'une étude réalisée par l'Institut für Energie- und Umweltforschung Heidelberg (ifeu), Fraunhofer IEE et Consentec (en anglais)

  • Etude
Rapport final d'une étude réalisée par l'Institut für Energie- und Umweltforschung Heidelberg (ifeu), Fraunhofer IEE et Consentec

La rénovation en masse des bâtiments visant à améliorer l'efficacité énergétique du secteur reste difficile à enclencher. Malgré des efforts importants, le rythme de rénovation thermiques stagne depuis des années. Afin de combler cet écueil, la recherche de substituts s'est intensifiée en vue d'atteindre les objectifs climatiques du secteur. Dans un contexte d'intégration sectorielle croissante, l'utilisation de combustibles synthétiques pour remplacer les sources d'énergie fossiles telles que le gaz naturel et le fioul est de plus en plus envisagée. L'espoir est que la décarbonation du secteur se fasse grâce à l'utilisation de ces combustibles, sans nécessairement recourir à la rénovation thermique des bâtiments et au remplacement des équipements de chauffage.

Or ces combustibles représentent-ils une rélle alternative à l'investissement dans l'efficacité énergétique ? Si le rythme actuel de rénovation thermique se maintient, il sera alors nécessaire de décarboner le secteur par un déploiement croissant des énergies renouvelables et des pompes à chaleur, ou encore par la substitution à équipement égal des combustibles fossiles par des combustibles synthétiques. Mais ces alternatives entraînent des surcoûts et doivent encore faire l'objet d'un examen approfondi dans des conditions réelles.
 
Cette étude démontre que des politiques fortes en matière d'efficacité énergétique dans le secteur des bâtiments sont cruciales pour que les objectifs climatiques francais, allemands et européens restent atteignables à l'horizon 2030 et au-delà. Ils eront également clés pour garantir la compétitivité future des technologies de chauffage décarbonées qui viendront combler la demande résiduelle de chaleur, une fois les bâtiments rénovés.

Principaux résultats

  1. 1

    La transition énergétique dans le secteur des bâtiments est actuellement à la traîne et les objectifs climatiques sectoriels ne seront probablement pas atteints d'ici 2030.

    Pour réduire les émissions du niveau actuel de 130 millions de tonnes de CO2 à un niveau compris entre 70 et 72 millions de tonnes au cours des 11 prochaines années, il faudra accélérer le déploiement de toutes les technologies disponibles. Il s'agit notamment de l'isolation thermique, des pompes à chaleur, des réseaux de chaleur, des énergies renouvelables décentralisées et des gaz synthétiques (PtG). Pour cause du retard pris par le passé, le temps disponible ne permet plus de sélectionner parmi les différentes technologies de construction.

  2. 2

    L'efficacité énergétique des bâtiments existants est une condition préalable à la neutralité technologique.

    Pour garantir la libre concurrence entre les différentes vecteurs d'approvisionnement en énergie telles que les énergies renouvelables, les pompes à chaleur, les combustibles synthétiques et les réseaux de chaleur décarbonés, il faut réduire la consommation finale d'énergie d'au moins un tiers avant 2050. Plus le parc immobilier sera sobre en énergie, plus le déploiement nécessaire pour couvrir le besoin en énergies décarbonées sera réaliste.

  3. 3

    Les gaz synthétiques (PtG) ne peuvent que compléter les politiques ambitieuse en termes d'efficacité énergétique dans le secteur des bâtiments, et non les remplacer.

    Les combustibles synthétiques sont une composante importante de l'approvisionnement énergétique dans tous les scénarios de décarbonation à l'horizon 2050. Mais leur contribution d'ici 2030 restera limitée et leur usage restera considérablement plus coûteux que la plupart des mesures d'efficacité énergétique dans le secteur des bâtiments à l'horizon. En outre, la majeure partie des gaz synthétiques pourrait être attribuée à d'autres secteurs dont la décarbonation en dépend (processus industriels, transport maritime, aérien et routier).

  4. 4

    Une feuille de route pour promouvoir l'efficacité énergétique pour les bâtiments d'ici 2030 est nécessaire de toute urgence pour que le secteur puisse atteindre ses objectifs climatiques.

    Un ensemble de mesures et d'instruments politiques est nécessaire, notamment une révision des lois et règlements concernés ainsi que de la taxation des énergies, mais aussi une révision des programmes de soutien public. Les objectifs climatiques du secteur des bâtiments pour 2030 et 2050 ne pourront être atteints que si le taux de déploiement de toutes les technologies décarbonées est multiplié par quatre.

Données bibliographiques

  • Auteurs

    ifeu: Peter Mellwig, Dr. Martin Pehnt, Dr. Amany von Oehsen, Sebastian Blömer, Julia Lempik, Mandy Werle; Fraunhofer IEE: Irina Ganal, Norman Gerhardt, Dr. Sarah Becker, Dr. Dietrich Schmidt

  • Numéro de publication

    163/03-S-2019/EN

  • Version

    1.0

  • Date de publication

    12/2019

  • Nombre de pages

    136

  • Citation

    ifeu, Fraunhofer IEE and Consentec (2018): Building sector Efficiency: A crucial Component of the Energy Transition. A study commissioned by Agora Energiewende

Tous les contenus

  • Actualité

    Décarbonation du secteur des bâtiments: l'isolation thermique ...

    fr
    Actualité

    Décarbonation du secteur des bâtiments: l'isolation thermique ...

    de

Restez informé de nos travaux. Abonnez-vous à nos newsletters !

]>