L’accès au marché européen, une quête périlleuse pour les produits verts

Si la production propre ainsi que l’utilisation et le recyclage efficaces de matériaux de base sont essentiels pour garantir la neutralité carbone en Europe, une étude conjointe d’Agora Energiewende et CLG Europe met en exergue les obstacles qui freinent toujours la demande en produits verts et esquisse des priorités politiques pour la stimuler.
[Translate to Französisch:]

Bruxelles et Cambridge, le 11 mai 2021. La demande des consommateurs en produits respectueux de l’environnement comme le plastique recyclé ou l’acier vert est faible en raison du manque d’incitations commerciales. En effet, sans les bonnes conditions de marché, la transition fructueuse vers une industrie neutre en carbone ne peut pas être assurée. L’étude publiée aujourd’hui par Agora Energiewende et CLG Europe se fonde sur plusieurs entretiens approfondis avec de grandes sociétés européennes issues de diverses chaînes de valeur industrielles, y compris Unilever, Coca-Cola European Partners, Stora Enso, SAAB et Volvo. Elle souligne les options envisageables pour les décideurs politiques afin d’ébaucher un ensemble de politiques bien ciblé visant à garantir la neutralité carbone du bloc d’ici à 2050. Le nouveau rapport intitulé Les marchés de demain dès à présent (« Tomorrow’s markets today ») propose une série de mesures pour ce faire, notamment des limites d’empreinte carbone pour les biens de consommation ainsi que des obligations d’information et un étiquetage CO2 sur les matériaux de base.

« L’Union européenne a besoin de créer les conditions nécessaires sans plus attendre dans le but d’accélérer la transformation industrielle si elle souhaite devenir neutre en carbone d’ici à 2050 », a déclaré Patrick Graichen, PDG d’Agora Energiewende, ajoutant que « le bloc ne dispose plus que d’un cycle d’investissement pour agir. Dans ce contexte, notre étude révèle à quel point il est primordial de créer des incitations commerciales flexibles pour les matériaux climatiquement neutres ».

L’étude souligne la façon dont des politiques peuvent encourager les consommateurs à acheter et utiliser des matériaux climatiquement neutres afin d’aider l’industrie à couvrir les coûts de la décabornation de la production de matériaux industriels de base tels que le ciment, le fer, l’acier et des substances chimiques de base.

Comme l’évoque Eliot Whittington, directeur de CLG Europe, « l’UE est l’un des plus grands marchés uniques à travers le globe et un leader mondial en technologies vertes et performantes. Nous avons une occasion en or d’utiliser cette demande du marché (market pull) pour stimuler l’investissement et l’innovation à une échelle internationale, et ce en accélérant la course au zéro net et en menant la transition de secteurs industriels clés. Ce rapport montre comment saisir cette chance grâce à des politiques européennes bien ciblées et réfléchies ».

De plus, l’étude dévoile que l’accès limité à des données de qualité sur la teneur en carbone de ces matériaux préoccupe grandement les sociétés interrogées. Pourtant de bonnes données sont essentielles si les fabricants et les consommateurs en aval souhaitent comparer le contenu en carbone d’un produit de façon précise dans le but de faire des choix plus soucieux de l’environnement.

Le rapport appuie que des politiques particulières visant à créer une demande pour de la marchandise industrielle climatiquement neutre peuvent également permettre d’élaborer des solutions faibles en carbone, y compris une meilleure utilisation de matériaux à forte teneur en carbone dans les processus de fabrication ou une part plus importante des matériaux recyclés comme moyens de production. En effet, la production et l’utilisation de matériaux de base sont l’une des causes principales du changement climatique : elles représentaient environ 16 pourcents des émissions annuelles nettes de CO2 en Europe en 2017, et pas loin de 20 pourcents des émissions de CO2 dans le monde.

En mars dernier, la Commission européenne a présenté sa nouvelle stratégie industrielle et son nouveau plan d’action pour l’économie circulaire dans le cadre du pacte vert pour l’Europe, mettant en avant une initiative relative aux produits durables. Les propositions législatives afférentes doivent être présentées d’ici à la fin de l’année. Dans cette optique, Agora Energiewende et CLG Europe ont identifié trois priorités politiques de grande ampleur se renforçant mutuellement afin que les décideurs politiques puissent stimuler les incitations commerciales pour les produits neutres en carbone :

  • Déterminer des limites d’empreinte carbone pour les biens de consommation définitifs riches en matériaux comme les projets de construction, véhicules et emballages.
  • Développer des exigences d’information et des étiquettes de cotation de CO2 pour les chaînes de valeur principales et les matériaux de base afin d’améliorer l’accessibilité aux données, leur qualité et leur comparabilité.
  • Déployer des mesures ciblées sur les marchés pilotes, comme les marchés publics, pour mettre en avant les matériaux recyclés sous-utilisés et les matériaux zéro carbone.

La version complète de Les marchés de demain dès à présent a été rédigée en collaboration avec Corporate Leaders Group (CLG). Publiée en anglais, l’étude fait la lumière sur les obstacles à surmonter pour accéder au marché européen ; des barrières qui freinent la demande en produits verts. Elle analyse la façon dont créer des marchés pilotes pour ces produits et examine le rôle de la politique européenne dans la décarbonation d’une industrie fortement polluante. La publication sera téléchargeable gratuitement grâce au lien ci-dessous. Une conférence de haut niveau sera tenue le 11 mai 2021 de 10 h 15 à 12 h 15. Les inscriptions à cet évènement se font par via www.agora energiewende.de/en/events.

Les sociétés ont à dire :

« Les émissions de CO2 rejetées par les matériaux de base sont considérables. Elles augmentent et ne peuvent tout bonnement plus être ignorées. Nous espérons que ce rapport encouragera tout un chacun à lutter contre ces émissions difficiles à endiguer et invitera les décideurs politiques à mettre sur pied des stratégies en faveur de l’émergence de produits et matières climatiquement neutres », a fait savoir Peter ter Kulve, président de la branche Home Care, Health & Wellbeing d’Unilever.

« L’action politique pour stimuler le taux de collecte des emballages de boissons à travers l’Europe et pour favoriser les investissements vers des technologies émergentes sur le plan du recyclage peut renforcer l’abandon de plastiques issus de combustibles fossiles vierges, conformément aux objectifs européens de réduction d’émissions et de neutralité climatique. Nous avons l’ambition de créer une économie circulaire à bas carbone et exempte de déchet d’emballage, où 100 pourcent de nos emballages sont recyclés ou réutilisés. Nous boostons l’utilisation des matières 100 pourcent recyclées ou renouvelables dans nos bouteilles en plastique et, parallèlement, nous améliorons la collecte des emballages en plastique en créant des dispositifs de caution et en renforçant les technologies innovantes de recyclage », a soutenu Joe Franses, vice-président du développement durable chez Coca-Cola European Partners.

Pour plus d'information

Partenaires

Bild

Tous les contenus

Restez informé de nos travaux. Abonnez-vous à nos newsletters !

]>