La crise liée à l’épidémie du Covid-19 et l'hiver doux permettront à l'Allemagne d'atteindre ses objectifs climatiques pour 2020

En 2020, les émissions de gaz à effet de serre en Allemagne diminueront de 40 à 45 % par rapport aux niveaux de 1990, principalement en raison de la crise liée à l’épidémie du Covid-19. Selon Agora Energiewende, un plan de relance économique et d'investissement vert sera nécessaire pour éviter une reprise des émissions en 2021 après une réduction qui se révèlerait seulement ponctuelle.

Selon une estimation actuelle de Agora energiewende, l'Allemagne devrait atteindre son objectif climatique pour 2020 - une réduction de 40 % de ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. Deux constats ponctuels pourraient expliquer cela. Premièrement, l'hiver doux, avec de fortes tempêtes hivernales, a permis d'augmenter la production d'électricité renouvelable et de réduire le besoin d'énergie pour le chauffage. Deuxièmement, la crise liée à l’épidémie du Covid-19 depuis la mi-mars, dont les conséquences peuvent déjà être estimées pour l'ensemble de l'année à l'aide de plusieurs scénarios, diminuerait également les émissions allemandes. Ainsi les émissions dans le secteur des transports devraient diminuer en raison de la baisse du trafic de passagers, tout comme la demande d'électricité et de gaz naturel de l'industrie en raison des effets économiques de la crise sanitaire.

« Nous supposons actuellement que la réduction des émissions pourrait être de 40 à 45 % », déclare Patrick Graichen, directeur d'Agora Energiewende. « Mais ce n'est pas une bonne nouvelle en soi pour la protection du climat. D'une part, les émissions vont rebondir après la crise, et d'autre part, une réticence à investir dans les mesures de protection du climat est à attendre, par exemple dans le domaine des énergies renouvelables, dans la rénovation des bâtiments ou dans l'industrie. Les plans de relance économique qui sont actuellement mis en place devraient donc non seulement combattre les conséquences du ralentissement lié à la crise sanitaire, mais aussi contribuer à réduire l'impact à long terme de l'Allemagne sur l'environnement ». Un plan de relance qui n'en tiendrait pas compte pour promouvoir aveuglément les anciennes technologies serait même nuisible, car il verrouillerait le niveau des émissions à long terme à la hausse. « Il est donc maintenant nécessaire de développer rapidement un programmes d'investissements verts », revandique M. Graichen.

Agora Energiewende a estimé les évolutions possibles desémissions de CO2 pour 2020 pour les secteurs de l'énergie, l'industrie, du transport, de l'agriculture et des bâtiments. Selon ces estimations, les émissions devraient diminuer d'au moins 50 millions de tonnes deCO2 en 2020 par rapport à 2019. Selon l'évolution de la crise sanitaire, la réduction des émissions pourrait même s'élever à près de 120 millions de tonnes deCO2. Cela représenterait une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 à 45 % par rapport à 1990. Dans un scénario moyen, la réduction serait de 80 millions de tonnes deCO2 par rapport à l'année précédente, soit de 42 % par rapport à 1990.

Même sans la crise sanitaire, les émissions de CO2 diminueraient en 2020 d'environ 20 millions de tonnes deCO2 en raison des effets des dix premières semaines de l'année, caractérisées par un hiver chaud, une forte production d'énergie éolienne et un prix du gaz bas. L'Allemagne atteindrait ainsi une réduction de 37 % des émissions par rapport à 1990. La crise sanitaire entraînerait donc une réduction supplémentaire de 30 à 100 millions de tonnes de CO2.

La courte analyse Auswirkungen der Corona-Krise auf die Klimabilanz Deutschlands: Eine Abschätzung der Emissionen 2020 (en allemand) est disponible en téléchargement gratuit ci-dessous. Il contient des graphiques montrant les réductions d'émissions attendues dans tous les secteurs.

Pour plus d'information

Restez informé de nos travaux. Abonnez-vous à nos newsletters !

]>