Économiser le gaz fossile et protéger le climat grâce à la transition thermique industrielle

En utilisant des pompes à chaleur et des chaudières électriques au lieu du gaz fossile pour produire de la chaleur industrielle à basse température, l'industrie allemande peut réaliser des économies de gaz équivalentes à 90 térawattheures et éviter 12,5 millions de tonnes de C0₂ d'ici à 2030. Cette transition ne coûte qu'une fraction de ce que le gouvernement allemand prévoit de dépenser pour protéger l'industrie des prix élevés du gaz.

Selon une étude d'Agora Industrie, l'industrie allemande peut réaliser des économies de gaz fossile de l'ordre de 90 térawattheures d'ici à 2030 si elle électrifie sa production de chaleur pour les procédés industriels nécéssitant une température jusqu'à 500 degrés Celsius. Cela correspond aux trois quarts des économies de gaz que devrait réaliser l'industrie allemande dans le cadre du plan européen REPowerEU visant à réduire la dépendance aux combustibles fossiles russes. L'utilisation de pompes à chaleur et de chaudières électriques permet également d'éviter 12,5 millions de tonnes métriques de CO₂, soit près d'un cinquième de l'objectif de réduction des émissions fixé pour le secteur industriel d'ici 2030 dans le cadre de la loi allemande sur le changement climatique.

« Notre étude montre qu'avec le bon cadre réglementaire, il est possible d'atteindre les objectifs de REPowerEU et ce même pour un très gros consommateur de gaz industriel comme l'Allemagne », a déclaré Frank Peter, directeur d'Agora Industrie.

Le groupe de réflexion propose un ensemble de mesures de politique publique qui permettrait l'électrification de la chaleur des procédés industriels de moins de 500 degrés à faible coût : réduire l'usage des combustibles fossiles dans le domaine de la chaleur industrielle à basse température en Allemagne nécessiterait des investissements de l'ordre de 12 milliards d'euros jusqu'en 2030 - une petite somme comparée à ce que le gouvernement allemand prévoit de dépenser pour protéger les consommateurs industriels des prix élevés du gaz au cours des deux prochaines années. Dans le même temps, le potentiel d'électrification est énorme puisque près de la moitié de la demande de chaleur industrielle est inférieure à 500 degrés Celsius ; un bon tiers est même inférieur à 200 degrés Celsius.

Le train de mesures proposé comprend des subventions destinées à atténuer les risques d'investissement, des normes claires pour les nouveaux investissements et des incitations à la consommation flexible d'électricité. Un élément central consiste à ancrer la fin progressive de l'utilisation des combustibles fossiles pour la production de chaleur industrielle de moins de 500 degrés d'ici 2035. « Définir une date de sortie progressive des combustibles fossiles pour la production de chaleur industrielle lorsque cela est techniquement possible permet de réduire les risques de planification et d'investissement pour les entreprises et nous met sur la voie de la neutralité climatique », déclare Peter, directeur d'Agora Industrie.

En outre, le groupe de réflexion propose de lancer un programme de subvention dédié pour combler l'écart de coût des technologies à base d'électricité et d'établir une norme légale zéro carbone pour les nouveaux investissements. « Pour que les pompes à chaleur et les chaudières électriques deviennent accessibles à l'industrie, il faut une stratégie conjointe des décideurs politiques, de l'industrie, des fabricants d'équipements et des chambres de commerce », a déclaré Peter.

Pour réellement lancer la décarbonation de la chaleur industrielle, les gouvernements doivent rapidement supprimer les obstacles réglementaires. Actuellement, dans le système européen d'échange de quotas d'émission, les industries à forte intensité énergétique reçoivent en moyenne plus de 80 % de leurs certificats de CO2 gratuitement. Cela empêche la transition d'avoir lieu dès aujourd'hui. En Allemagne, la structure tarifaire de l'énergie favorise encore davantage les combustibles fossiles et n'incite pas à la flexibilisation de la demande. Les exonérations fiscales favorisent les centrales de cogénération par rapport aux générateurs de chaleur à base d'électricité, et la structure des tarifs réseau incite à une consommation d'électricité élevée et uniforme.

L'étude "Power-2-Heat : Gas savings and emissions reduction in industry" en anglais a été réalisée en collaboration avec FutureCamp. En accompagnement de l'étude, Future Camp et l'Institut Wuppertal ont développé un calculateur permettant d'estimer les coûts de de la transition de procédés à base de gaz fossile en pompes à chaleur et chaudières à électrodes. L'outil Excel peut être téléchargé gratuitement.

 

À propos d'Agora Industrie
Agora Industrie est une division d'Agora Energiewende qui développe des stratégies et des instruments de politique publique pour la décarbonation de l'industrie - en Allemagne, dans l'UE et dans le monde. Agora Industrie travaille indépendamment des intérêts économiques et politiques. Son seul engagement est celui de l'action en faveur du climat.

Pour plus d'information

Restez informé de nos travaux. Abonnez-vous à nos newsletters !

]>