Décarbonation du secteur des bâtiments: l'isolation thermique comme clé du succès

Pour réduire de moitié d'ici 2030 les émissions de gaz à effet de serre du secteur des bâtiments en Allemagne, il sera indispensable de renforcer leur efficacité énergétique. Sans efforts supplémentaires en matière de rénovation thermique, il en coûtera près de huit milliards d'euros additionnels par an pour atteindre les objectifs climatiques pour le secteur en Allemagne, sans compter que cela impliquerait des niveaux irréalistes d'importations de combustibles synthétiques à base d'électricité.

Selon une étude commandée par Agora Energiewende et la Fondation européenne pour le climat (ECF), le moyen le plus rentable et réalisable de décarboner le secteur des bâtiments est d'en améliorer l'efficacité énergétique, notamment par la rénovation du parc existant. Actuellement, environ 1% du parc immobilier existant fait l'objet de travaux d'isolation thermique chaque année, alors que le double serait nécessaire pour une transition réussie du secteur. Une utilisation généralisée de combustibles synthétiques à base d'électricité renouvelable (PtG, PtL) en remplacement du gaz naturel et du fioul pourrait représenter une alternative, mais coûterait aux ménages allemands jusqu'à 8,2 milliards d'euros par an de plus qu'en accélérant le rythme de rénovation thermique. En outre, la disponibilité d'une telle quantité de combustibles synthétiques reste incertaine. L'étude publiée initialement en allemand est maintenant disponible en anglais (téléchargement en bas de page).

L'étude examine la manière la plus rentable d'atteindre l'objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur des bâtiments en Allemagne, actuellement de 120 millions de tonnes de CO2 par an, à 70 millions de tonnes de CO2 d'ici 2030. L'étude identifie l'efficacité énergétique des bâtiments comme base pour le déploiement effectif des options technologiques disponibles qui permettraient un approvisionnement durable en chaleur - des pompes à chaleur aux réseaux de chaleur, en passant par les systèmes solaires thermiques ou encore l'utilisation de gaz synthétiques.

L'efficacité est la clé de la neutralité technologique

"L'efficacité énergétique est la clé qui permettra à l'Allemagne d'atteindre ses objectifs climatiques contraignants à moindre coût. Après des années d'hésitation dans le secteur des bâtiments, il n'est pas productif de limiter les efforts aux technologies de chauffage individuelles. La transition ne pourra avoir lieu que si toutes les technologies existantes sont déployées en parallèle de la rénovation thermique accélérée des bâtiments. Cela nécessite une politique d'efficacité énergétique des bâtiments ambitieuse", déclare Patrick Graichen, directeur d'Agora Energiewende.

Les bâtiments à faible consommation réduisent le coût de la production et de la distribution d'énergie. A contratio, une politique climatique visant à généraliser l'usage de combustibles synthétiques sans avoir au préalable réduit la consommation énergétique du parc immobilier serait une erreur. L'étude montre en effet que ces carburants ne sont pas encore disponibles en quantité suffisante et leurs coûts restent prohibitifs. En outre, à long terme, elles seront certainement nécessaires en quantités importantes pour la décarbonation des secteurs de l'industrie, du transport - essentiellement de marchandises et aérien.

En plus d'améliorer l'efficacité énergétique, des normes d'isolation plus strictes augmentent presque toujours la valeur et le confort d'un bâtiment rénové, note l'étude. "Une maison mal isolée reste une maison mal isolée, qu'elle soit ou non chauffée avec des combustibles décarbonés. Mais une isolation de qualité peut transformer cette maison en un lieu de confort pour ses habitants. Ainsi, en plus d'être favorable au climat, une meilleure isolation peut réduire les dépenses de chauffage tout en augmentant la qualité de vie", explique M. Graichen.

Cinq scénarios différents ont été envisagés dans l'étude : le scénario Efficiency2 reflète la stratégie extrêmement ambitieuse d'efficacité énergétique élaborée par le ministère fédéral de l'économie (BMWi) en 2015, mais qui n'a pas fait l'objet d'une mise en oeuvre de politiques publiques concrètes. Trois scénarios "Efficiency-plus-X" prévoient un niveau d'efficacité énergétique ambitieux et réaliste, en combinaison avec le déploiement accru des énergies renouvelables, des pompes à chaleur et des carburants synthétiques. Le dernier scénario prévoit un faible niveau d'ambition en matière d'efficacité, associé à un déploiement important de combustibles synthétiques. Les chercheurs ont estimé les coûts globaux pour chacun de ces scénarios et les ont comparés avec les coûts du scénario du BMWi. Alors que les quatre premiers scénarios ont des niveaux de coûts totaux comparables, le scénario de faible efficacité énergétique reposant sur une utilisation accrue des carburants synthétiques entraîne un surcoût important.

La faisabilité, élément essentiel du succès

Outre les coûts, l'étude évalue la faisabilité de chacun des scénarios. Plus précisément, les chercheurs ont évalué la viabilité économique de chacune des stratégies. "Si nous ne prenons pas au sérieux l'efficacité énergétique, le coût du chauffage va augmenter pour tous et nous deviendrons beaucoup plus dépendants des combustibles synthétiques, qui devront être importés en permanence et en grande quantité. Si les combustibles synthétiques représentent un élément important de l'équation de la durabilité, ils ne seront pas disponibles en abondance. Nous devons encourager la rénovation énergétique à grande échelle, comme cela se fait aux Pays-Bas et au Royaume-Uni", déclare M. Graichen.

L'étude de 136 pages, intitulée "Building sector Efficiency : A crucial Component of the Energy Transition", a été réalisée conjointement par l'Institute for Energy and Environmental Research, la Fraunhofer Institute for Energy Economics and Energy System Technology et la société de conseil Consentec. Il est disponible en téléchargement plus bas, incluant les hypothèses de base de l'étude et les résultats de la modélisation.

Pour plus d'information

Tous les contenus

Restez informé de nos travaux. Abonnez-vous à nos newsletters !

]>